Crédit: visite du Musée archéologique Saint-Laurent
Partager sur :

2000 ans d'histoire en une journée !

16 juin 2022 Général
Vue 3 fois

Le 16 juin, un groupe de la section Dauphiné-Savoie s'est retrouvé dans Grenoble pour une journée particulièrement bien organisée.

Le matin a été consacré à la visite du Musée archéologique Saint-Laurent. Menées de 1978 à 1995, des fouilles ont révélé un site qui présente les premières églises et les premiers cimetières de Grenoble.

Depuis le mausolée funéraire romain du IVe siècle jusqu'à l'église du XIXe, Saint-Laurent a traversé le temps en conservant, comme dans un grand livre sacré, la trace des différents édifices qui se sont succédés sur le même emplacement : mausolée du Ve siècle, église funéraire et crypte Saint-Oyant des VIe-VIIe, église romane remplaçant les édifices précédents en 1150, cloîtres des XIe et XIIe, clocher porche du XIIe construits par les moines bénédictins, l'autel et les stalles du XVIIIe.

Près de 1500 tombes ont été explorées, témoins de l'évolution des pratiques funéraires, des croyances et des mentalités. Les études anthropologiques des squelettes et des tombes ont permis de mieux comprendre la vie des défunts et les rites accompagnant leur inhumation.

Les visiteurs disposent d'un audio-guide décrivant en détail les différents points d'intérêt. Des projections et des animations accompagnent le discours rendant la visite agréable et pédagogique.


Pour le repas, le groupe s'est retrouvé au « Caffè Forté » sous l'ombre d'un magnifique arbre en fleur : un Albizia julibrissin. Moment convivial et sympathique pendant lequel les conversations allèrent bon train.

 

L'après-midi a été consacrée à la visite du Musée de la Ganterie dans la fraîcheur du sous sol de l'ancienne fabrique. L'arrière-arrière petit fils de Xavier Jouvin nous a accueillis et a fait une longue et détaillée présentation de l'histoire de son ancêtre et de l'industrie de la ganterie à Grenoble. Xavier Jouvin est l'inventeur de la « main de fer » qui a révolutionné la fabrication des gants en permettant la découpe simultanée de plusieurs paires, puis en établissant un tableau de 320 pointures pour ganter toutes les sortes de main. Les gants Jouvin produiront pendant 130 ans de 1834 à 1964.

Le savoir faire a pratiquement disparu de la région. Toutefois de rares artisans poursuivent une activité de ganterie essentiellement pour quelques marques de luxe.

 

Une fois encore, cette excellente journée, parfaitement organisée, a été l'occasion de retrouver des anciennes et des moins anciennes pour de biens agréables moments.

 

Jean Hervé Ameller, mari de Geneviève Courrieu (1961-69)




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.