Actualités

Partager sur :

Une centenaire en Pays de Loire

16 mars 2024 Général
Vue 246 fois

Le 10 février 2024, la délégation Pays de Loire a fêté une centenaire, Françoise CORMERAIS, née BRUNET.

 

Françoise BRUNET est née le 7 février 1924 à Plouigneau (Finistère Nord) dans les mains de son grand-père maternel qui était médecin du village, mais son cœur était breton par sa mère et vendéen par son père.


Une petite enfance heureuse au gré des déplacements de son père qui était également médecin-chef dans la Marine : Brest, Cherbourg, Lorient, Indre, où elle fera son école primaire.


Mais la famille a déjà son port d’attache aux Herbiers (Vendée) pour les weekends, les vacances agrémentées de parties de pêche et de  promenades en vélo. C’est là qu’elle fera sa dernière année de l’école primaire et sa communion avant de rentrer, le 7 octobre 1935 à Écouen à l’école de la Légion d’honneur, grâce à son père Valentin qui était médaillé pour les services rendus à la France pendant les campagnes méditerranéennes de la guerre de 14-18.


Écouen, Saint-Denis, Fleury-Mérogis d’octobre 1939 à Mai 1940 pendant la classe Nacarat, puis Saint-Denis à nouveau pour la classe blanche.


Elle y passera 7 très belles années avec ses amies : DELSECCO, SAUVELET, CADART, GEORGER, ici on ne s’appelle pas par son prénom. C’est aussi la classe de Raymonde JOUFFRE HENNEMAN et de Ginette EBOUE SEDAR SENGHOR.


Se lever tôt, se coucher à l’heure dite, obéir aux autorités, travailler mais aussi  s’amuser et se créer de merveilleux souvenirs.


Et puis porter l’uniforme et ses dessous peu affriolants, faire la révérence, toutes ces choses qui peuvent paraître difficiles et étonnantes aujourd’hui à celles qui ne les ont pas vécues et qui n’étaient en fait que des habitudes.


En revanche, les vacances c’était seulement l’été et à Noël. Parfois, elle allait passer quelques belles journées aux congés d’hiver chez son grand-oncle Eugène BRUNET et sa tante Emma  à Chantilly. 


Françoise quitte la Légion en blanche après la première partie du bac qu’elle passe à Paris en 1942. Un gouter d'adieu et une page qui se tourne sur cette grande parenthèse parisienne. Derrière la photo de classe il y a les commentaires des copines de l’époque. On y ressent de grandes amitiés. Elle se souvient aussi aujourd’hui d’une surveillante étudiante Simonne DOLIVEUX qui était proche des élèves et qui vient de nous quitter le 1er février dernier à presque 104 ans.


Françoise finira sa dernière année 1942-1943  au Lycée Jeanne d’Arc de la Roche-sur-Yon chez les sœurs de Chavagnes. Et elle passe son Bac avec succès dans l’académie de Poitiers en 1943.




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.